Façade Opéra de Marseille (c) DVDM

La dynamique de l’action culturelle de l’Opéra de Marseille

L’Opéra de Marseille ne se résume pas qu’aux oeuvres lyriques, opéras, opérettes, et autres ballets proposés au public avec leur stars nationales et internationales ; c’est également un large panel d’actions menées envers les publics dits empêchés et les jeunes générations. A l’occasion des 20 ans de l’action phare du temple du lyrisme, nous vous avons choisi de vous présenter ces actions foisonnantes qui oeuvrent à donner le goût à cet art réputé élitiste pourtant accessible à tous.

Une mission de service public menée avec le c(h)oeur

Cette année, à Marseille, l’Opéra c’est classe ! fêtera ses 20 ans d’existence avec quelques surprises au menu, l’occasion pour nous de revenir sur le principe de cette action pédagogique, sociale et culturelle menée par l’Opéra de Marseille sous la houlette de Guillaume Schmitt en charge de l’action culturelle et des relations avec le public au sein de la Maison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rappelons que tout au long de l’année, plusieurs fois par ans, l’Opéra met en œuvre de nombreuses actions que ce soit sous forme de récitals offerts par les solistes de l’Opéra aux personnes du bel âge en maison de retraite ou en fin de vie, aux personnes incarcérées en maison d’arrêt ou aux enfants hospitalisés (avec un savant dosage de chansons françaises et d’airs lyriques connus de tous, ainsi qu’un programme adapté pour les petits), ou encore via une offre de concerts spécifiquement concoctés par l’orchestre de l’Opéra à destination des collégiens, dans leurs lieux de vie et/ou d’étude.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour le public scolaire, ces actions prennent également la forme de visites historiques du lieu et de ses entrailles créatives (visite de l’atelier de couture où se fabriquent les costumes, de l’atelier de création des accessoires et de la machinerie) avec possibilité pour les élèves et les étudiants d’assister à des répétitions, des générales et/ou pré-générales gratuitement. Elaborées en direction des publics empêchés, souvent éloignés du lyrique, elles ont pour objectif de les sensibiliser à l’art lyrique et reposent sur une volonté de transmission et de partage d’un art souvent taxé d’élitiste : elles permettent ainsi par sa découverte l’apprentissage et le développement du goût pour cet art. Et qui sait, certains d’entre eux deviendront peut-être de futurs spectateurs assidus. C’est du moins tout ce que nous pouvons souhaiter à cette belle Maison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Revenons-en donc à l’Opéra, c’est classe !, une action phare menée avec 7 établissements (écoles, collèges et lycées) marseillais donnant lieu en fin d’année à un gala de près de deux heures auquel sont conviés les parents et amis pour un temps de partage festif et convivial. Chaque classe travaille sur une œuvre lyrique (opéra ou opérette), en danse, théâtre et/ou chant, avec un ou plusieurs artistes de l’Opéra : Paule Goltier, metteur en scène, Sophie Oinville et Anaïd Nazarian, artistes du chœur de l’Opéra de Marseille et Antonino Ceresia, chorégraphe. Depuis douze ans, Paule Goltier s’attelait à la mise en scène. Nous l’avons rencontrée, émue et profondément touchée, la veille de son départ à la retraite afin qu’elle nous parle plus précisément de son travail avec les élèves. C’était le 27 juin, jour du gala de l’Opéra, c’est classe !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce soir-là, les écoles élémentaires Saint Charles II et Guadeloupe  présentaient un travail de mise en scène, chanté et dansé, autour de « Lakmé » de Léo DELIBES ; l’école élémentaire Pharo Catalans a travaillé sur une chorégraphie autour de « Violettes Impériales » de Vincent SCOTTO et l’école élémentaire de La Corderie, autour de « Don Carlo » de Giuseppe VERDI. Le Collège Grande Bastide a, quant à lui, proposé une chorégraphie, autour de « La Belle Hélène » de Jacques OFFENBACH; le Collège Privé Saint Charles Camas, autour de « Lakmé » de Léo DELIBES et pour finir, le Lycée Honoré Daumier a présenté une mise en scène avec chant en russe, autour de « Boris Godounov» de Modeste MOUSSORGSKI. Un programme en deux parties fort réjouissant et de belle qualité, émouvant et original, avec de bien jolies idées de mise en scène, un travail d’acteur et de chant soigné (mention spéciale pour les lycéens et lycéennes de Daumier) et des chorégraphies enlevées mêlant les styles contemporains, indiens et hip hop.

Cette présentation a suscité la complète adhésion du public, ravi de la prestation des enfants, et fut suivie d’un long rappel avec une ovation appuyée, dédiée à la metteur en scène passionnée, aujourd’hui jeune retraitée. Un clap de fin réussi avant son nouveau départ pour d’autres aventures plus personnelles. A Marseille, l’Opéra, c’est (vraiment) classe ! et n’oubliez pas de noter la date de juin 2018 dans vos agendas pour un gala anniversaire qui promet d’être magique. DVDM

Retrouvez l’interview de Paule Goltier autour de son intervention au sein du dispositif A Marseille, l’Opéra c’est classe ! en suivant ce lien

 

Copyright photo: DVDM

Share Button