20131205魯拉魯先生的草地 - 044

Taïwan in Avignon 11ème édition !

image_pdfimage_print
Share Button

En 10 ans de participation au festival Avignon off, les curieux ont pu découvrir pas moins d’une cinquantaine de créations d’une bonne trentaine -si ce n’est plus- de compagnies taïwanaises. Installées à la Condition des soies depuis 2009, auparavant accueillies par le feu théâtre du Funambule, elles ont su conquérir un public fidèle, amoureux de cette belle île lointaine à l’histoire méconnue dont les créations présentées au cours de l’été en reflètent la complexité ainsi que le dynamisme culturel.

Pour avoir parcouru l’île de Formose et y avoir rencontré de nombreux artistes de tous les horizons, qu’ils s’agissent de comédiens venant de la capitale Taïpei ou de musiciens originaires de la capitale historique Taïnan, voire encore de danseurs habitant en d’autres endroits de l’île, Kaohsiung, où vient d’être construit un immense complexe dédié aux arts, le Centre National des Arts de Kaohsiung composé de deux salles –Opéra et Concert-  comptant chacune pas moins de 2000 places, il est vrai que la venue de 4 compagnies taïwanaises chaque été – auparavant elles étaient plus nombreuses, une question de budget, hélas !- est une escale incontournable dans mon périple avignonnais. L’occasion de retrouver des amis, de rencontrer de nouveaux artistes !

Mais avant que de vous les présenter, revenons-en à la saison dernière qui a permis à quelques compagnies d’engranger des dates de tournées. Citons ici La Naissance par Flying Theatre et Cie L’Est et l’Ouest qui, après un arrêt dijonnais cet hiver pour sa participation heureuse au festival A pas contés, revient les 18 et 19 septembre 2017 à Charleville-Mézières à l’occasion du Festival mondial des Théâtres de Marionnettes. Sans oublier le grand succès taïwanais du off 2016 : Floating Flowers par B.DANCE. La compagnie sera les 20 et 21 novembre 2017 au Carreau – Scène Nationale de Forbach et de l’Est mosellan, le 24 novembre 2017 à la Scène Nationale Bar-Le-Duc, le 28 novembre2017 au Théâtre d’Auxerre et le 1er décembre 2017 au Festival Les Enfants du Désordre à La Ferme du Buisson.

Comme quoi, le ministère taïwanais de la culture et le centre culturel de Taïwan à Paris ont eu raison de miser sur ce grand rendez-vous festivalier international ! Car la scène artistique taïwanaise a une réelle énergie et une identité propre : le festival permet ainsi de donner une chance aux jeunes compagnies taïwanaises d’être représentées à l’international, donnant à voir une toute nouvelle image des arts vivants taïwanais, mais il favorise également des rencontres fructueuses avec d’autres compagnies étrangères afin de développer des projets de collaboration artistique avec ces dernières. Cette année encore, Taïwan-Avignon OFF propose quatre spectacles, trois au Théâtre La Condition des Soies et un au CDC – Les Hivernales : parmi eux, un spectacle de marionnettes, Le jardin de M. Ruraru, du cirque avec How long is now ? et deux spectacles de danse, As four Step suivi de the Hole, où sont explorées les frontières des formes.

A ce programme s’ajoutent cette année des projections de deux films d’art et d’essai taïwanais qui vont ravir les cinéphiles français pendant le festival d’Avignon OFF. A l’occasion de la sortie en salle en France de « Taipei Story » de Edward Yang (Version restaurée 1985 / 110 min / Vostf ) et « Adieu Mandalay » de Midi Z (2016 / 108 min / Vostf), le cinéma d’art et d’essai avignonnais Utopia, sis 4, rue des escaliers Sainte-Anne, organise en partenariat avec le Centre Culturel de Taïwan à Paris, deux séances de projections spéciales, en présence du journaliste et critique du cinéma Jean-Michel Frodon : le Mercredi 12 juillet, à 16h pour TAIPEI STORY et Jeudi 13 juillet, à 16h pour ADIEU MANDALAY.

Bon festival à tous et à vos agendas! DVDM

 

Encadré : AU MENU DES ARTS VIVANTS TAIWANAIS

AU THÉÂTRE LA CONDITION DES SOIES (13 rue de la Croix 84 000 Avignon) DU 7 AU 29 JUILLET 2017 (relâche les 17 et 24 juillet)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À 12H00 / SALLE CARRÉE / THE PUPPET AND ITS DOUBLE THEATER : LE JARDIN DE M. RURARU

Première en Europe : Marionnettes / Jeune public dès 3 ans Durée : 55 mn

C’est un grand plaisir pour nous que de retrouver après 8 ans d’absence les magnifiques et si délicates marionnettes de The Puppet and Its Double Theater, créé il y a 17 ans par Chia-Yin CHENG. Vous aviez aimé I Am Another Yourself (Je suis un autre toi-même) ? Vous allez adorer cette dernière création toute en douceur et poésie : le jardin de Monsieur Ruraru, dans laquelle le curieux pourra se laisser hypnotiser par des marionnettes faites de feuilles et de brindilles. C’est l’histoire d’un homme qui fier de sa pelouse l’entretient jalousement jusqu’à se munir d’un lance pierre pour faire fuir tout animal s’aventurant sur son trésor jusqu’au jour où la découverte d’un tronc d’arbre le change radicalement. Cette grosse branche est en réalité un crocodile qui séduira notre misanthrope : ce dernier découvrant le plaisir de s’allonger sur sa pelouse finira par y accueillir tous les animaux, partageant ainsi les joies de la jouissance partagée de son trésor avec tous.  Un joli conte que nous avons hâte de découvrir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À 16H00 / SALLE RONDE : FORMOSA CIRCUS ART (FOCA) : HOW LONG IS NOW?

Première en Europe/Cirque / Tout public dès 7 ans Durée : 65 mn

Pour ce nouveau spectacle, le Formosa Circus Art (anciennement connue sous le nom de MIX Acrobatics Theater ) s’est  débarrassé  des codes circassiens classiques pour élaborer une nouvelle forme plus épurée où les accessoires traditionnels, balles, bouteilles de flair, anneaux, massues, font place à des objets de la vie courante que l’on trouve au supermarché : porte- manteaux, seaux, serpillières, déboucheurs à ventouse, boîtes de conserve et autres objets usuels. Les séquences traditionnelles de jonglage et acrobatie ont été abandonnées  au profit du mouvement même des performeurs dont le corps banal se tord de façon monstrueuse pour constituer avec les différents objets auxquels il s’assemble de véritables sculptures vivantes. Une double question sous-tend cette création : est-ce pour répondre aux besoins de son mode de vie que l’homme  invente  des  objets  ou est-ce l’apparition des objets qui  modifie  notre  mode  de  vie  ?  Est-ce  que  c’est par le biais des objets que l’homme identifie les situations et les relations ou est- ce que ce sont les objets qui déterminent l’état d’esprit et les pensées, au point même d’être ce qui permet d’évaluer la distance séparant deux personnes ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À 17H40 / SALLE RONDE : TJIMUR DANCE THEATRE : AS FOUR STEP

Première en France/Danse contemporaine / Tout public dès 6 ans Durée : 55 mn

As Four Step est une création de Baru MADILJIN,  chorégraphe  du Tjimur Dance Theatre dont les créations s’enracinent dans le savoir et les conceptions philosophiques des Païwan relativement à « la terre, la tribu, l’ethnie, les mythes et la nature ». Le titre chinois du spectacle signifie par ailleurs « comme  si  ce n’était pas de la danse ». Après un travail de déconstruction, puis de reconstruction de la « danse des 4 pas », danse festive de l’ethnie païwan, exécutée au son des psalmodies ancestrales avec une succession répétitive de pas, à gauche, à droite, en avant, en arrière, Baru MADILJIN en propose  sa  version  personnelle dans une chorégraphie, –synthèse harmonieuse entre la culture traditionnelle païwan dont est extraite la quintessence et les arts contemporains de la scène-, étonnamment épurée, accompagnée par une musique qui amène le spectateur à un état méditatif au gré des mouvements rythmiques, entre danse et non-danse, des corps des quatre danseurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

AU CDC – LES HIVERNALES (18 rue Guillaume Puy 84 000 Avignon) DU 9 AU 19 JUILLET 2017 (relâche le 13 juillet)

À 21H45 : HSIAO-TZU TIEN : THE HOLE

Première en Europe/Danse contemporaine / Tout public dès 8 ans Durée : 50 mn

L’inspiration de la jeune chorégraphe trouve sa source dans ses expériences personnelles et dans les sentiments qui en découlent. Ses champs d’investigation principaux sont la solitude, les contradictions et le désarroi humains. A partir de ses observations, elle tente, via le corps de danse, de donner forme sensible à son propre ressenti en continuant à déchiffrer le « crypto-langage » qui s’exprime à travers les contradictions de notre société. The Hole est alors une tentative d’utiliser le corps pour accéder à la source originelle des sentiments et émotions ; de se servir des contradictions et du désespoir qu’engendre la société pour réfléchir à ce « sentiment de flottement » inhérent à notre époque et qui naît de la tension entre l’homme et son environnement. Dans cette œuvre, les tableaux se succèdent comme les fragments d’une mémoire retrouvée et, grâce à la sonorisation live et aux lumières, reproduisent sur scène l’occurrence des accidents de la vie et des états émotionnels qui en dérivent, dans une imprévisibilité permanente et avec une seule constante : la fuite du temps, à l’image d’une réflexion sur le doute immense induit par la réponse à l’interrogation « qui suis-je ? ».

DV

 

En entête, le jardin de M. Ruraru de la cie The Puppet and Its Double Theater/crédit photo The Puppet and Its Double Theater