boualem

AKSIL BOUALEM, un président d’association CITOYEN

Né en 1960 en Algérie, d’un père ouvrier, Aksil Boualem grandit, au sein d’une famille nombreuse, dans les quartiers Nord de Marseille. Après des études de droit, un mariage, des enfants, des petits-enfants, et tout en menant une vie faite de labeur et de bénévolat, il obtient en 2016 un diplôme de dirigeant d’association, dispensé par Sciences Po. C’est dire à quel point cet homme s’implique !!

Une générosité sans faille

Très jeune, il s’intéresse aux problèmes de ces quartiers et s’aperçoit que les jeunes issus de différentes communautés, comoriennes, asiatiques, maghrébines etc. vivent plus ou moins en clans et ne communiquent pas (à chaque communauté, son club de foot), cette situation générant de graves problèmes. En 1988, avec d’autres bénévoles, il crée l’association Marseille plus dans l’esprit de promouvoir les échanges et la solidarité entre les habitants issus de tous horizons. En partenariat avec la LOGIREM, et de jeunes bénévoles, il crée l’Union Sportive Intercommunautaire de la Savine (USIS) réunissant les jeunes de toutes les communautés dans différentes disciplines (foot, basket, volley…) et des clubs sportifs féminins. Cette mosaïque de jeunes contribue à édifier un climat serein dans un des quartiers les plus difficiles de Marseille.  S’ensuit une grosse opération mise en place à travers le sport avec les associations de parents d’élèves et d’enseignants : une campagne de reboisement avec l’aide de la ville (fourniture des arbustes…) pour le renouveau du quartier de Font-Vert (14e arrondissement de Marseille). L’objectif de ces actions étant le partage, la solidarité, permettant entre autres, de lutter contre le désœuvrement, la drogue, la délinquance. Inlassablement, Aksil Boualem anime, avec ses bénévoles, des campagnes de sensibilisation pour l’inscription sur les listes électorales. Son let-motif : faire en sorte que tous ces jeunes français de différentes origines ou vivant sur le territoire français, connaissent leurs droits, mais aussi leurs devoirs ; En faire des acteurs de leur cité, de leur vie, des citoyens à part entière.

Dans les années 90 et sur la demande du Président Mitterrand, il est reçu par le conseiller spécial ville et banlieues du Président, avec les représentants de sept communautés ethniques différentes. Monsieur Mitterrand écrira une lettre ouverte afin de féliciter monsieur Boualem  de ses actions pour l’intérêt général.

UN BUS POUR SAINT MALO

En 1991, en pleine guerre du golfe, la fédération nationale de tennis préfère changer de lieu pour sa demi-finale «France- Israël » craignant vraisemblablement un climat délétère à Marseille. La rencontre aura lieu à Saint Malo. Qu’à cela ne tienne ! Aksil Boualem affrète un bus qui fait le trajet Marseille-St Malo, bondé de jeunes des quartiers dits sensibles. Reçus notamment par Yannick Noah, ils s’affirment comme citoyens à part entière malgré les tensions de l’époque.

Il fait tout naturellement partie de la commission de lutte contre le racisme rattachée au ministre Michel Rocard, organisant des dizaines de tournois sportifs, de foot, de basket, de volley, formant par la même occasion des dizaines de jeunes qui, aujourd’hui, répondent toujours présents pour les différentes actions menées par Boualem et son association. Depuis plus de trente ans, ce citoyen de la première heure œuvre pour le « bien vivre ensemble » expliquant que : « caillasser un camion de pompiers c’est au détriment des habitants du quartier, et de vos propres familles ; » et « petit à petit, dit Aksil Boualem, cela s’est arrangé. »

Quand il n’y a plus de dialogue…

L’association « tourne » continuellement dans plusieurs quartiers. Mais les bénévoles se sont retirés deux ans sur la Savine. Le constat est sans appel. Quand il n’y a plus de dialogues, plus de repères, les jeunes se laissent facilement happer et ils glissent dans la délinquance, ou pire. Tant qu’il y a des personnes relais, des bénévoles pour s’occuper des plus petits, des « laissés pour compte » tout va bien. A la Savine, un club de sport compte actuellement plus de 200 adhérents et l’association est là en cas de besoin. Il y a peu, ils ont sollicité de l’aide pour les maillots. L’association a trouvé un sponsor qui les a financés.

Les Trophées de l’ESPOIR

Si la remise des trophées aux serviteurs de l’Etat participe du processus de rapprochement entre les hommes, depuis 2010, chaque année, un trophée de l’Espoir  met en valeur les personnes qui ont le plus contribué à apporter un « plus » ou à faire rayonner Marseille et sa région au niveau national ou international. Ces personnes, par leur projet, leur action, leur fonction, leur travail, sont mises à l’honneur. Entre autres personnes, Richard Martin, comédien et directeur du Théâtre Toursky à Marseille ou encore Monsieur Bertrand, Maire de Plan de Cuques, à qui avait été remise une Marianne d’or pour la gestion de sa commune, ont reçu ce trophée en janvier 2017. Les prochains trophées de l’espoir auront lieu début janvier 2018 avec des personnalités surprise.

MARSEILLE PLUS Magazine : miroir de Marseille

L’association Marseille plus, depuis de nombreuses années, a toujours œuvré à renforcer les échanges entre les Marseillais issus de toute origine et tout secteur. Sa volonté a toujours été de contribuer à promouvoir la solidarité, la diversité, la parité et l’inter-génération. Lorsque les gens apprennent à se connaître et à se rapprocher à travers le respect de la différence, la culture, le sport et la citoyenneté, les problèmes les plus aigüs peuvent être abordés plus sereinement. Le magazine gratuit (papier et web) qui a été créé est un véritable miroir des communautés et des quartiers afin de mettre en valeur toutes les initiatives associatives, individuelles et l’action des collectivités qui œuvrent pour valoriser Marseille et sa région. L’objectif est, à travers cet outil, de promouvoir des valeurs essentielles comme le civisme, le respect des biens et des personnes, le désir également de mettre en exergue l’action de femmes et d’hommes de toutes origines.

Merci Monsieur Boualem.

remise

Remise de Trophées aux Serviteurs de l’Etat

A l’instigation d’Aksil Boualem, président de l’association Marseille Plus, épaulé par le général de division Marc Demier, gouverneur militaire de Marseille, s’est déroulée pour la deuxième année une cérémonie de « Remise des Trophées  aux serviteurs de l’Etat ». Depuis 2016, un partenariat entre l’association et l’armée de terre a vu le jour, scellant le parcours de l’association dans le soutien aux forces de l’ordre pour leur action contre la délinquance et l’insécurité. C’est donc dans le sublime château Saint Victor, lieu de résidence du gouverneur, que les trophées ont été remis. Une occasion parfaite, en présence de nombreuses personnalités, pour remercier et mettre à l’honneur tout d’abord celles et ceux qui assument des fonctions emblématiques au sein du département ou de la région, mais aussi celles et ceux qui veillent sur la population au quotidien ainsi que de jeunes recrues (armée de terre, marine nationale, marin-pompier de Marseille) :

-Madame Marie-Emmanuelle Assidon Préfète Déléguée à l’Egalité des chances

-Monsieur Renaud Muselier Président du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (représenté par monsieur Xavier Cachard, vice-président délégué aux finances)

-Monsieur le Général de corps d’armée Marc Levêque, commandant la région de gendarmerie de Provence-Alpes-Côte d’Azur

-Monsieur Julien Ruas (représentant le maire de Marseille) adjoint au maire de Marseille et délégué au bataillon de marins pompiers de Marseille.

-Monsieur Richard Mallié président du SDIS

-Monsieur le Colonel Allione, chef de corps du SDIS des Bouches-du-Rhône rappelant que l’ensemble des pompiers du territoire répondent d’une seule force tant au niveau de la sécurité que lorsque le territoire est agressé par les feux de forêts.

-Monsieur Marc Labouz délégué général à la sécurité de la ville de Marseille

-Monsieur François Kerbaul, directeur du SAMU 13

-Monsieur le Capitaine Jean-Luc du 1er REG commandant la compagnie du soldat qui a neutralisé le terroriste ayant ôté la vie à deux jeunes femmes, le 1er octobre 2017, à la gare St Charles, à Marseille.

-Monsieur Gilbert Bourguignon, nommé commandant de réserve citoyenne.

Tous ont rappelé l’importance des forces de sécurité du territoire et des forces armées, remerciant le Général Demier pour son accueil et très chaleureusement celui qui œuvre depuis de longues années à cette cohésion, Aksil Boualem.

La soirée s’est terminée avec le verre de l’amitié, autour d’un cocktail particulièrement savoureux.

 

Danielle Dufour-Verna

 

Share Button